Mali

Mali

Agence de régulation : Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et des Postes (AMRTP)

PIB – part des télécommunications dans le PIB : Le secteur des télécommunications du Mali a contribué à 4,2% du PIB en 2020. Le secteur emploie environ 30 000 personnes et dessert plus de 23 millions d’abonnés.

Parcours réglementaire et évolution de l’industrie : L’ industrie des télécommunications du Mali a connu plusieurs réformes et développements depuis la libéralisation du secteur en 1999. Le principal organisme de réglementation est l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et Postes (AMRTP), qui supervise l’octroi de licences, la réglementation et la surveillance des opérateurs et fournisseurs de services de télécommunications. Le principal cadre politique est la Stratégie Nationale de Développement du Numérique 2019-2023 (SNDN), qui vise à promouvoir le développement et l’utilisation des TIC pour le développement socio-économique. Les principaux opérateurs du marché sont Orange, premier opérateur mobile et fixe, Malitel, deuxième opérateur mobile et fixe, Telecel, troisième opérateur mobile et Atel, quatrième opérateur mobile. Les principaux services proposés par les opérateurs comprennent la voix, les SMS, les données, Internet et l’argent mobile.

Le Mali a réalisé des progrès significatifs dans son parcours de transformation numérique, en particulier dans les domaines de la connectivité mobile, de la croissance du commerce électronique, des paiements numériques, de l’infrastructure des TIC, des startups et de l’innovation, des compétences et de l’éducation numériques, ainsi que des initiatives numériques du gouvernement. Certains des indicateurs clés qui reflètent la mesure dans laquelle les technologies numériques facilitent les interactions économiques, sociales et publiques (administration électronique) sont :

  • Connectivité mobile : la prévalence de l’utilisation du téléphone mobile, en particulier des smartphones, reflète l’accessibilité des services numériques. Le taux de pénétration du mobile était de 113,8% en 2020, avec 23,1 millions d’abonnés mobiles actifs, selon l’AMRTP. Le taux de pénétration des smartphones était de 40 % en 2020, avec 8,1 millions d’utilisateurs de smartphones, selon la GSMA. Les principaux moteurs de la connectivité mobile sont le faible coût des cartes SIM, la disponibilité des services d’argent mobile et la demande croissante de médias sociaux et de divertissement en ligne.

  • Croissance du commerce électronique : le volume et la valeur des transactions en ligne et des activités de commerce électronique démontrent dans quelle mesure les plateformes numériques sont utilisées pour acheter et vendre des biens et des services. La taille du marché du commerce électronique était estimée à 50 millions de dollars en 2020, avec un taux de croissance de 30 % par an, selon la Fondation E-commerce. Les principales plateformes de commerce électronique sont Jumia, Afrikrea, Afrimarket et Kaymu. Les principaux défis pour la croissance du commerce électronique sont le faible niveau de confiance, les coûts de livraison élevés, le manque d’options de paiement numérique et la faible sensibilisation aux achats en ligne.

  • Paiements numériques : l’adoption de méthodes de paiement numériques, telles que les portefeuilles mobiles et les services bancaires en ligne, indique le passage des transactions financières traditionnelles aux transactions financières numériques. Le pourcentage d’adultes possédant un compte dans une institution financière ou un fournisseur de services d’argent mobile est passé de 15,6 % en 2014 à 37,4 % en 2017, selon la Banque mondiale. Le pourcentage d’adultes ayant effectué ou reçu des paiements numériques au cours de l’année écoulée est passé de 10,5 % en 2014 à 29,7 % en 2017, selon la Banque mondiale. Les principales plateformes de paiement numérique sont Orange Money, Malitel Money, Telecel Money et Atel Money. Les principaux défis des paiements numériques sont le faible niveau d’inclusion financière, le coût élevé des transactions, le manque d’interopérabilité et les barrières réglementaires.

Tous les membres